Aller au contenu principal

Un Toucan migrateur

Vous souvenez de Hans, notre ami Hollandais ? Celui-ci était venu spécialement de son plat et bas pays pour participer avec nous à notre mythique championnat de série. C’est que celui-ci a acquis l’ancien SUI-61 (ex Quatuor) et avait cœur à partager notre passion de la régate lacustre. Pour ceux qui ne s’en rappellent pas, Quatuor à vécu des heures douloureuses lorsqu’un bateau voisin s’est mit dans la tête de brûler. C’est suite à une partie de Bowling épique qui lui permit de s’acheter des chaussettes toutes neuves qu’Hans nous promit de nous parler de la rénovation de Pimpernel, nouveau nom de son Toucan.

Voici son récit ….

(Une traduction libre suit ce texte)

When I saw my Toucan standing on the quay, midwinter three years ago, it was love at first sight. A closer inspection learned that she was bruised and battered by fire.

1 love at first sight

This damage could not conceal the striking lines of het design, and not for long I could bring m3 birds came alongy beauty to Holland. Transporting the boat was an interesting challenge, driving slowly however gave us a safe passage home. And a safe passage as well to some stowaway birds, lifting with us in the mast for an easy summer-migration up North.

My Toucan is launched in 1986 and the hull is constructed of three glued together layers, two of which are plywood with an outer layer of mahogany. This construction was then reinforced with glass and epoxy, finished with filler.

The hull delaminated, due to heat melting the glue, when the adjacent boat on the quay burned down. A lot of tapping on the hull learned that – luckily – only the outer layer had let loose. In order to get the best result, I decided to replace the loose parts rather than pressing these back on the hull. Cleaning the surface from all glue remnants was a tedious job due to the fact that the grinding paper would fill-up with sticky mess all the time. The result however was a clean and smooth surface on which epoxy would hold well.

The outer mahogany layer is made of 16 cm wide, 8 mm thick planks. In order to get consistent lines on the connection to the old planking, I needed to make a cut under low angle for overlapping the old and new planking. A small adjustment to my router proved to do the job just fine.

The only way to shape the hull back into the smooth lines so unique to a Toucan is grinding by hand with a stiff plank. Forget the gym… this job provides a real workout!

To bring full strength to the bow, the glass needed to be folded around the keel and bow. With several layers of glass on the nose, you need many capable hands to roll all air pockets from the epoxy. Thanks to my friends, I am pleased how well all came together in the end.

Of course a closer inspection revealed many more repairs to be carried out before this lady is brought back to her full glory. The work is progressing, more episodes to follow…

Hopefully I can launch my Toucan next spring and enjoy sailing in Holland. And if all goes well, hopefully we can meet-up with Toucan friends from all over Europe on Lake Geneva in 2021, the 50th anniversary of the Toucan….

12b epoxy2

Well done Hans! You and your friend can be really proud of yourselves.

(Traduction très très libre)

Quand, il y a trois ans, en plein milieu de l’hiver, j’ai aperçu mon Toucan trônant sur le quai, ce fut le coup de foudre. Une inspection plus poussée m’apprit qu’il n’avait été que meurtri par le feu. Le dommage ne pouvait masquer sa ligne à la conception si remarquable. Peu de temps plus tard, je ramenais mon Toucan en Hollande. Le transport du bateau fut un défi intéressant mais une conduite prudente nous permit d’arriver à bon port, sains et saufs, facilitant par la même occasion la migration vers le nord d’oiseaux clandestins qui s’étaient nichés dans le mât.

Mon Toucan fut mis à l’eau pour la première fois en 1986. Sa coque est un assemblage de trois couches de bois collées, les deux couches intérieures sont en contre-plaqué alors que la couche extérieure est en acajou. Cette construction est renforcée par de la fibre de verre recouverte de résine époxy et terminée au mastic.

Quand, sur le quai, le bateau voisin brûla, la chaleur dégagée fut telle qu’elle fit fondre la colle et la coque s’est délaminée. En tapant sur la coque en plusieurs endroit nous apprîmes que, par chance, seule la couche extérieure s’était désolidarisée. Afin d’obtenir de meilleurs résultats finaux, je décidai de remplacer la partie désolidarisée plutôt que d’essayer de la remettre en place. Nettoyer la surface des restes de colle fut une tâche ardue en raison du fait que le papier de verre se chargeait régulièrement d’une masse collante. Toutefois, le résultat fut une surface propre et lisse sur laquelle la résine époxy allait bien tenir.

La couche extérieure d’Acajou est un assemblage de planches de 16 cm de large et de 8 mm d’épaisseur. Afin d’obtenir un ajustement discret entre les nouvelles planches et les anciennes, j’avais besoin de faire une découpe avec un faible angle de manière à pouvoir faire une jonction parfaite. Une petite modification de ma défonceuse me permit d’effectuer ce travail à merveille.

La seule façon de redonner à la coque sa ligne si caractéristique au Toucan fut de poncer celle-ci à la main avec une planche rigide. Oubliez la salle de gym … ce travail est un entraînement en soit.

Pour donner toute sa résistance à la proue, la pose de la fibre de verre nécessitait d’être faite autour de la proue et de la quille. Avec plusieurs couches de fibre sur le nez, vous avez besoin de plusieurs mains habiles pour faire sortir toutes les bulles d’air de l’époxy. Grâce à l’aide de mes amis, je fus ravi du résultat final.

Bien entendu, une inspection minutieuse a révélé que plusieurs autres réparations doivent encore être conduites avant que l’objet de mon désir ne reprenne toute sa splendeur d’antan. Le travail avance, d’autres épisodes vous seront contés …

J’espère pouvoir remettre mon Toucan à l’eau cet été et apprécier de belles navigations en Hollande. Et si tout se passe bien, j’espère que nous pourrons nous rencontrer avec tous les amis Toucannistes d’Europe, sur le Léman, en 2021, pour le 50ème anniversaire du Toucan !

 

Catégories

Vie de Toucan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :